Journalist Report – February 19th

Dear all,

Here is the Journalist report, 02/19/18: a first step on Mars

Our first evening at the Hab had been festive: Victoria had baked a cake for Louis’ birthday, which occurred a couple days earlier, but which we did not have the time to celebrate. Our two commanders then organized a table tour, letting each one describe what he expected from the mission, what he wished to do here and what he was afraid of. After this long discussion, it was time to go to sleep, except for Louis, who still had to prepare the physical exercises for the next morning.

And these were hard exercises: so hard indeed that Laurent began to feel sick in the middle of the crunchs, and that Gabriel would certainly have vomited if his stomach was not empty, as we even did not take our breakfast yet! While the crew had begun to feel knock-out, breakfast was finally welcomed after such energy usage. Put back in shape, the crew was now able to end the preparation of experiments on the morning, before the first EVA which would occur in the afternoon.

Laurent, Jérémy, Commander Louis and I were the ones to leave the Hab on the afternoon. The EVA had two main purposes: to explore the surroundings of the station, and to find perfect places where we could place Jérémy and Gabriel experiments, as these needed special weather conditions. After having put on our spacesuits, radios and helmets, it was time to say good bye to Victoria, Gabriel and Benoît, and to enter the pressurisation airlock. 3 minutes later we could open the door, and finally discover the Martian landscape. I went down the stairs, and had the luck to be the first one to make a step on this land.

After having accomplished some minor tasks around the Hab, we could ride the rovers to a further land. We stopped at different points along the road, in order to find out the right places to put the measurement instruments for the diverse experiments, and also a mushroom-like rock to show our support to our fellow students of ISAE-SUPAERO which were selected to participate to famous French show “Questions pour un champion”. On the last part of the EVA, we chose to climb up the plateau over the base, in order to get a better view of the base region. And what a view it was, even though I almost lost one of my lungs to get there! As Jeremy took some last pictures, Louis started to struggle finding a way down, and we took a bit more time going back to the rovers. The EVA was near its end, and we went back to the Hab, freezing cold on our rovers because of the wind. We went back to the airlock, waited for the pressurisation, and could finally come into the Hab, and put off our wet suits. One thing for sure, sleep would not be hard to find after such a tiring day!

Alexandre Martin, Journalist of the Crew 189

Voici la version française du rapport du journaliste, 19/02/18 : un petit pas sur Mars

L’ambiance était à la fête à l’étage du Hab pour cette première soirée de la mission : si nous n’avions pas pu fêter l’anniversaire de Louis le jour même à cause de l’enchaînement des événements, nous nous étions rattrapés ce soir, et Victoria avait même cuisiné un gâteau au chocolat pour l’occasion ! Nos deux commandants furent ensuite les instigateurs d’un petit tour de table, afin de savoir ce que chacun attendait de la mission, et quelles étaient nos envies et
appréhensions. Après cette longue discussion, il était temps pour tous d’aller dormir, à l’exception de Louis qui allait nous préparer une séance de sport aux petits oignons le lendemain matin.

Et pour du sport, ce fut du sport. Entre Laurent qui a commencé à sentir la nausée monter au milieu d’une série de crunchs, et Gabriel qui aurait sûrement rendu son petit déjeuner si nous l’avions pris avant la séance, l’ambiance n’était plus vraiment très festive. Alors que l’équipage commençait à se sentir KO, le petit déjeuner fut vraiment une délivrance après une telle dépense d’énergie. Remis d’aplomb, l’équipage était enfin d’attaque pour terminer la
préparation des expériences dans la matinée, afin d’être parés pour la première EVA (sortie extra-véhiculaire) qui aura lieu dès
l’après-midi.

Laurent, Jérémy, notre commandant Louis et moi-même avons donc été les premiers à quitter le Hab. L’EVA se décomposait en deux tâches principales : explorer les alentours de la base, et trouver des endroits où déployer les expériences de Jérémy et Gabriel, qui nécessitent des conditions climatiques particulières. Après avoir difficilement enfilé nos combinaisons, radios et casques, il était l’heure de saluer Victoria, Gabriel et Benoît et d’entrer dans le sas de pressurisation. 3 minutes plus tard, nous pouvions ouvrir la porte, et nous découvrions enfin le paysage martien. Restait 2 marches à descendre, et j’ai eu la chance d’être le premier à fouler cette nouvelle terre.

Après avoir accompli quelques tâches mineures autour du Hab, nous pouvions chevaucher les rovers et nous éloigner de la station. Nous nous sommes arrêtés plusieurs fois au bord de la route afin de rechercher l’endroit parfait pour déposer les instruments de mesures des diverses expériences, aussi un rocher en forme de champignon pour supporter nos camarades de l’ISAE-SUPAERO sélectionnés pour passer devant Julien Lepers. Nous nous sommes éloignés un peu plus dans la dernière partie de l’EVA : nous avons décidé d’escalader le plateau qui surplombait la station, afin de bénéficier d’une vue globale sur la région. Et la vue valait le coup, même si j’ai failli perdre un de mes poumons pour y parvenir … Et alors que Jérémy prenait quelques dernières photos, Louis semblait avoir quelques difficultés à se remémorer le chemin du retour vers les rovers, qui a donc pris un peu plus de temps que prévu. L’EVA touchait à sa fin, et nous étions à nouveau sur la route du Hab, aveuglés par la buée sur nos casques et frigorifiés par le vent qui s’inflitrait sous nos combinaisons. Nous sommes donc rentrés dans le sas, avons attendu la pressurisation, et nous sommes finalement rentrés dans le Hab, où nous avons enfin pu retirer nos combinaisons humides. Une chose était sûre, le sommeil ne sera pas dur à trouver après cette journée éprouvante !

Alexandre Martin, journaliste du Crew 189.